L’ANIMALCHIMISTE


Eugène Isabey (1803 – 1886), Le Cabinet de l’alchimiste, 1841, huile sur toile, 66,5 x 99 cm, Palais des Beaux-Arts, Lille.


Entre ciel et terre naviguent les individus,
Amputés de l’instinct au profit de la vertu
Des complications parfois apparaissent,
Et pour certains engendrent l’effet inverse

Les forêts tropicales où règnent les animaux,
Le douanier Rousseau en a fait des tableaux
Dans son pinceau se confond l’intuition,
Que l’animal n’est pas un modèle de substitution

À l’image de l’Homme il est perfectible,
Il serait trop aisé de le dire incorrigible
Malgré tout avec la nature il doit composer,
Aucun instrument convenable n’a encore été trouvé

Victimes collatérales de notre propre essence,
Les deux se regardent en chiens de faïence
L’antidote serait de trouver la solution,
Qui effacerait du vocabulaire le mot dissension             

Gaspard Rambel

Mail : gsprdrmbl@gmail.com


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *