UNE COURTE PERCEPTION DU TEMPS : UNE EXPLORATION PHILOSOPHIQUE                


Les artistes sont depuis longtemps captivés par le concept du temps, traduisant sa nature insaisissable sous des formes visuelles, auditives et littéraires. Grâce à leurs perspectives uniques. Les artistes remettent souvent en question la réalité brute et élargissent ainsi notre compréhension de l’expérience temporelle, suscitant un questionnement philosophique sur la nature de l’existence, de la mémoire et de la condition humaine. Cet essai se penche sur la perception du temps par l’artiste, enrichie d’une enquête philosophique, afin de découvrir des idées plus profondes sur ce concept complexe et à multiples facettes. 

Il y a d’abord la fluidité temporelle : au-delà du temps linéaire, les artistes présentent souvent le temps comme un phénomène fluide et non linéaire. Le tableau emblématique de Salvador Dalí, « La persistance de la mémoire », avec ses horloges qui fondent, représente visuellement la malléabilité du temps, suggérant que notre perception du temps n’est pas fixe, mais subjective et en constante évolution. Cette représentation artistique suscite des questions philosophiques : Le temps est-il intrinsèquement fluide ou est-ce notre perception qui fluctue ? Comment nos émotions et nos expériences modifient-elles notre perception du temps ?

Une perception intéressante est celle des enfants dont la compréhension du temps semble être d’une durée plus longue que celle des adultes. En effet, qui n’a pas eu l’impression  à ses 10 ans que les vacances semblaient durer une éternité. Que chaque jour est comme un jour que l’on vit 24h sur 24. Tandis qu’étant adulte, on s’approprie plus le « temps réel », qui nous semble plus court, et bien plus monotone.

D’où l’envie ou le besoin constant de « s’évader » hors de ce temps qui est chronophage et statique dès que l’on résonne par la perception du regard posé sur un cadran.

L’idée de « durée » du philosophe Henri Bergson entre en résonance avec cette vision artistique. Bergson affirme que le temps n’est pas une série de moments discrets, mais un flux indivisible, vécu subjectivement. Pour les artistes, capturer ce flux implique d’exprimer la nature continue et chevauchante du passé, du présent et du futur, remettant ainsi en question la segmentation conventionnelle du temps en unités mesurables.On s’approche ainsi de l’intrication quantique ou par le biais d’atomes le temps présent est simultanément présent a présent endroit entre le passé , le présent et le futur immédiat à naître.

TEMPS ET MÉMOIRE : LE PASSÉ ET LE PRÉSENT

L’interaction entre le temps et la mémoire est un thème récurrent dans l’art. Le chef-d’œuvre littéraire de Marcel Proust, « À la recherche du temps perdu », explore la manière dont les souvenirs peuvent nous transporter dans différents domaines temporels. Le narrateur de Proust éprouve de vives réminiscences déclenchées par des stimuli sensoriels, brouillant les frontières entre le passé et le présent. Cette technique narrative suscite une réflexion philosophique : Comment les souvenirs façonnent-ils notre identité actuelle ? Le passé peut-il être véritablement séparé du présent ou coexistent-ils dans notre conscience ?Le concept de la mémoire en tant que pont entre différents temps s’aligne sur l’exploration de l’identité narrative du philosophe Paul Ricoeur.

Il suggère en effet que nous construisons nos identités à travers les histoires que nous racontons sur nos vies, en tissant des liens entre les événements passés et les aspirations futures. Les artistes, à travers leurs œuvres, s’engagent souvent dans cette construction narrative, invitant le public à réfléchir aux dimensions temporelles de leurs propres identités.

MOMENTS ÉPHÉMÈRES : LA NATURE FUGACE DU TEMPS…

Les artistes mettent souvent l’accent sur la nature éphémère du temps, capturant des moments fugaces, aussi appelé dans le monde de la photo « instants magiques » pour souligner le caractère transitoire de la vie.

Il y a aussi les peintres impressionnistes comme Claude Monet qui ont cherché à représenter les effets éphémères de la lumière et de l’atmosphère, traduisant l’impermanence de chaque instant. Cet intérêt artistique pour l’éphémère soulève des questions philosophiques sur la nature de l’existence : Quelle est la signification d’une expérience momentanée dans le grand schéma du temps ? Comment trouver un sens à l’éphémère ?

Cet intérêt artistique pour l’éphémère soulève des questions philosophiques sur la nature de l’existence : Quelle est la signification d’une expérience momentanée dans le grand schéma du temps ? Comment trouver un sens à la nature éphémère de notre vie ?

Des philosophes comme Martin Heidegger examinent ces questions sous l’angle de la temporalité existentielle. Heidegger affirme que notre conscience de la finitude du temps façonne notre existence, nous obligeant à vivre de manière authentique ou non selon le degré de notre sensibilité sur notre devenir.

Pour les artistes, capturer des moments éphémères devient un moyen d’affronter et d’exprimer la nature fugace de la vie, incitant les spectateurs à contempler leur propre existence temporelle.

COUCHES TEMPORELLES : JUXTAPOSITION DU PASSE, DU PRÉSENT ET DU FUTUR

Les artistes contemporains explorent souvent la superposition du temps, juxtaposant différentes dimensions temporelles au sein d’une même œuvre. Les peintures et installations à grande échelle d’Anselm Kiefer, par exemple, intègrent des références historiques, des éléments mythologiques et des souvenirs personnels, créant ainsi une tapisserie temporelle complexe. Cette stratification artistique met le spectateur au défi de naviguer simultanément dans plusieurs temporalités, ce qui suscite des interrogations philosophiques : Comment les différents temps coexistent-ils et interagissent-ils ? L’art peut-il fournir une compréhension plus holistique du temps en intégrant diverses couches temporelles ?
Le concept « d’ image-temps » du philosophe Gilles Deleuze dans le cinéma fait écho à cette approche artistique. Selon Deleuze, certains films transcendent les récits linéaires et présentent le temps comme une série d’images interconnectées qui reflètent la complexité et la multidimensionnalité du temps.

La majorité des films qui ont eu ce lien-là sont devenus des films cultes, tel Titanic, Star-Wars, Terminator ou l’ombre et la proie.

INTEMPORALITÉ ET ÉTERNITÉ : AU-DELÀ DES FRONTIÈRES TEMPORELLES

Certains artistes s’efforcent de capturer un sentiment d’intemporalité ou d’éternité, transcendant les contraintes temporelles de l’expérience humaine.

Les œuvres minimalistes d’artistes comme Agnès Martin, avec leurs qualités répétitives et méditatives, évoquent un sentiment d’intemporalité, encourageant les spectateurs à contempler l’éternité.Oscillant entre le vide et la plénitude.

Cette recherche artistique soulève des questions philosophiques sur la nature du temps et de l’existence : Existe-t-il un royaume au-delà des frontières temporelles ? L’art peut-il donner un aperçu de l’éternel ?
Les recherches philosophiques sur l’intemporalité recoupent souvent les explorations métaphysiques et théologiques. Le concept des Formes éternelles de Platon, par exemple, suggère que la véritable réalité existe au-delà du monde temporel.

Ce qui est aussi suggéré  dans la théorie mathématique des cordes avec un univers ou un multivers à 10 dimensions et non 3. Ce qui expliquerait nombre de phénomènes inexpliqués en rapport avec la temporalité.

Pour les artistes, créer des œuvres qui évoquent l’intemporalité devient un moyen d’explorer et d’exprimer ces idées métaphysiques, en offrant un sentiment de transcendance et de continuité au-delà du flux temporel.

La perception du temps par l’artiste, enrichie d’un questionnement philosophique, offre une exploration profonde et multiforme de ce concept insaisissable. À travers leurs œuvres, les artistes remettent en question les notions conventionnelles de linéarité, soulignent l’interaction entre la mémoire et l’identité, capturent des moments éphémères, superposent des dimensions temporelles et évoquent un sentiment d’intemporalité. Ces perspectives artistiques nous invitent à réfléchir à la nature du temps, à la manière dont nos expériences, nos souvenirs et nos aspirations façonnent notre existence temporelle. Ce faisant, elles contribuent à un dialogue philosophique permanent qui continue d’approfondir notre compréhension du temps et de son importance dans l’expérience humaine.

 

© ALEXANDRE SCHOEDLER


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *